Nikon Coolpix P610 : Test, avis et prix d'achat

Points forts

  • Prise en main ferme
  • Zoom optique 60x
  • Écran orientable
  • Connectivité : Wi-Fi, NFC et GPS
  • Assistance au cadrage avec le zoom
  • Définition du viseur améliorée

Points faibles

  • Pas de graduation du zoom
  • Lissage des détails dès 400 ISO
  • Zoom perceptible en mode vidéo
  • Objectif (peu lumineux)

Erreur de la base de données WordPress : [Table 'oatpv_db.wp_wpsm_tables' doesn't exist]
SELECT * FROM wp_wpsm_tables WHERE id IN (41)

Le P610 de Nikon se présente comme une mise à jour subtile de son aîné, sorti en 2014. Notre modèle de test est un bridge au zoom plutôt impressionnant de 60x, qui rapprochera davantage encore vos sujets les plus éloignés.

Entre sa fiche technique, son design et son prix, le Coolpix P610 semble avoir tout ce qu’il faut pour concourir au titre de l’appareil fétiche des photographes.

Design compact

Avant de passer aux caractéristiques techniques de cet appareil, attardons-nous sur les détails de son design. Sur le plan esthétique, la différence entre le P610 et le P600 est minime voire inexistante. Résultat : un produit bien fini et légèrement remanié de manière à rendre la prise en main plus pratique et plus confortable.

Le grip renforcé et recouvert de caoutchouc fait son retour sur ce modèle, rendant plus agréable la manipulation de l’appareil. Notre équipe a eu un petit coup de cœur pour la version rouge qui donne un look plus moderne et sympa. Pour les plus conservateurs, Nikon vous propose un P610 noir.

La conception de cet appareil repose sur un design qui inspire solidité et confiance. De plus, le P610 parait léger et relativement compact par rapport à ses concurrents.

L’agencement des boutons a été pensé de façon à faciliter le pilotage de l’appareil par les utilisateurs. Outre les touches habituelles (déclencheur, flash,) et de réglages plus avancés comme la molette de sélection de modes (PSAM, portrait, scène noir et blanc, nourriture,…), Nikon propose des effets spéciaux comme le traitement croisé ou sépia, entre autres.

Le zoom est contrôlé avec la bague de déclencheur ou via une bascule située sur le côté gauche de l’objectif. Le choix entre les différentes fonctions qui activent le zoom donne plus de flexibilité à l’utilisateur lors de prises délicates ou en enregistrement vidéo.

Ecran orientable et viseur

Le fabricant a pensé à intégrer une rotule dans son Coolpix P610, qui assure l’inclinaison de l’écran à 180 degrés. Voici une option qui pourrait se montrer intéressante pour les adeptes de « selfies ». Cette option s’avère aussi utile lors de l’enregistrement vidéo, offrant plus de stabilisation.

La taille de l’écran suit les normes : 3’’ avec 921 000 points. Les angles de vision sont bons, l’écran est plus clair et plus lisible. Le seul bémol réside dans l’absence de technologie tactile, plus pratique lors pour la navigation et la personnalisation de l’appareil.

A l’usage, le viseur électronique est acceptable à l’utilisation malgré certains défauts comme la saturation. En effet, le viseur du P610 a grimpé de 201 000 points (P600) à 921 000 points, une nette amélioration. En maximalisant le zoom, le viseur garde sa précision et sa luminosité. Le fabricant a incorporé également un détecteur oculaire pour basculer de l’écran vers le viseur électronique.

Un zoom digne d’un stalker

Le rapport qualité/prix que nous offre le CoolPix P610 est très séduisant ; ajoutons-y un super zoom 60X de 24 mm jusqu’au super téléobjectif 1440 mm. La puissance du zoom s’avère un argument sérieux pour les amateurs de nature et les photographes professionnels. Ils pourront compter sur l’amplitude du zoom, qui réduit remarquablement la distance entre le photographe et son sujet, pour ne rater aucun détail. Un atout à ne pas négliger! De plus, Nikon propose l’extension du zoom jusqu’à 120x grâce à la fonction Dynamic Fine Zoom. A plein zoom, l’optique perd de sa netteté et commence à donner un rendu approximatif.

Réactivité satisfaisante

Notre appareil de test peut être considéré comme globalement réactif. L’allumage de l’appareil prend plus de deux secondes pour l’activation du zoom. La réactivité de l’appareil concerne également celle de son AF : en le comparant au P600, notre modèle gagne 0.20 précieuse seconde. Ce résultat a été obtenu sous de bonnes conditions d’éclairage, en grand angle comme en téléobjectif. Cependant, en basse luminosité, ce résultat est difficile à atteindre – il faut compter 1.5 seconde. Le temps de latence entre deux photos s’est amélioré, passant de 1.5 seconde à 1.2 seconde. Le mode rafale est performant, avec une cadence de 7 clichés consécutifs à la seconde.

Qualité d’image constante

Tout comme son grand frère, le P610 nous assure une qualité d’image respectable et ce, grâce au capteur BSI CMOS à 16 MP qui n’a pas bougé d’un iota depuis le lancement du P600.

On a testé pour vous la sensibilité de l’appareil, et trouvé que les photos sont plus au moins acceptables entre 100 ISO et 800 ISO. En examinant les clichés, le lissage commence à se manifester à partir de 400 ISO même s’ils restent exploitables à 1600 ISO, une valeur qu’il ne faut pas dépasser pour maintenir une bonne précision et la netteté de l’image.

en revanche, nous ne comprenons toujours pas l’absence du format RAW dans ce type d’appareil. Nikon a essayé d’élucider ce point en se basant sur la faible demande des acheteurs, qui préfèrent plutôt le format JPEG. Convaincus par la réponse ? Nous non plus…

Sous de bonnes conditions d’éclairage, le P610 délivre une excellente qualité d’image (sans recadrage, ni zoom). Mais dans les lieux à basse lumière, l’appareil commence à montrer ses limites.

Qualité vidéo

L’enregistrement vidéo est un autre point de similarité entre le P600 et son successeur, le P610. Les familiers du modèle précédent savent très bien que notre appareil de test est capable filmer en Full HD à 50 ou 25 i/s. Le mode vidéo donne un rendu appréciable avec une image bien exposée et un AF performant. Les bruits mécaniques, notons-le, sont toujours audibles lors de l’enregistrement, ce qui peut être frustrant sur fond calme. Au chapitre des défauts, rajoutons le temps de latence et l’absence du mode d’enregistrement en 4K.

Informations Générales

Conclusion

Relativement abordable, le Canon P610 offre un bon rapport qualité/prix. Nous reprochons cependant à Nikon son manque de créativité, en nous proposant un modèle qui imite dans ses composantes et dans son design le Coolpix P600. Il est vrai que Nikon s’est rattrapé au niveau de la puissance du zoom (60x) mais nous aurions aimé avoir une mise à jour plus intéressante : écran tactile, design différent, optique lumineuse, capteur plus puissant,…