Ricoh Theta S : Test, avis et prix d'achat

9.5 Score total
Ricoh Theta S : Notre avis

Points forts

  • Design et minimalisme
  • Paramétrages photo manuels
  • Qualité vidéo
  • 360° sphérique

Points faibles

  • Temps de tournage limité à 25 minutes
  • Pas d’emplacement pour carte mémoire
  • Trois applications pour gérer la caméra
  • Pas d’enregistrement 4K

Erreur de la base de données WordPress : [Table 'oatpv_db.wp_wpsm_tables' doesn't exist]
SELECT * FROM wp_wpsm_tables WHERE id IN (55)

Le domaine de la high-tech est en constante évolution ; de plus en plus nombreux, les gadgets ne cessent en outre de nous surprendre par leurs fonctionnalités. La marque japonaise Ricoh s’inscrit dans cette tendance, ayant signé dès 2013 le lancement d’une nouvelle génération de caméra 360° avec son modèle Theta. La caméra de Ricoh nous gâte encore une fois avec le tout nouveau modèle Theta S, qui embarque un double capteur de 14 MP, 8 Go de mémoire interne, sans parler de l’enregistrement en Full HD.

Un design rassurant

La Theta S se blottit dans un emballage compact et raffiné. En déballant la caméra, vous trouverez également un câble USB, un étui de protection en mousse et la notice d’utilisation.

La prise en main de la Theta S est assez intuitive, avec un minimum de boutons. L’interrupteur central sert à déclencher ou à arrêter la prise de vue, est accompagné de trois boutons sur le côté : un pour définir le mode (photo ou vidéo), un autre pour la connexion Wi-Fi et un dernier pour la mise sous tension. Sur le bas de l’appareil, un pas de vis permet de fixer la Theta facilement sur un trépied.

Avec ce modèle, le fabricant japonais ne s’est pas risqué à s’éloigner de son style minimaliste. Commercialisé à 359 euros, son modèle n’est disponible qu’en noir, contrairement aux modèles précédents qui offraient plus de choix de coloris (rose, blanc, jaune ou bleu). Autres points susceptibles de critique : l’étanchéité et la résistance à la poussière.

Une application qui manque de polyvalence

Comme évoqué plus haut, la manipulation de Theta S est particulièrement aisée… mais elle requiert de télécharger au moins trois applications. Ce qui peut s’avérer ennuyeux pour les plus fainéants. Pour notre part, nous aurions apprécié une application qui regrouperait le pilotage à distance (déclenchement, réglages, paramétrage,…), l’édition de photos et de vidéos. Nous ne comprenons pas la volonté de Ricoh d’opter pour une solution aussi complexe… et disponible uniquement sur iOS. D’autant que le nombre de manipulations s’accroît pour éditer une photo ou une vidéo. Un point faible auquel la marque nippone a promis de remédier sur ses prochains modèles.

 

L’application de base

La prise de vue, le paramétrage et le pilotage à distance de l’appareil passent par une application de base à télécharger sur votre appareil iOS. En mode photo, l’application Theta S propose de régler manuellement l’ISO, la balance des blancs et la vitesse ; il est également possible de programmer votre caméra en fonction des priorités (vitesse ou sensibilité).  Le mode vidéo, quant à lui, présente deux définitions : HD et Full HD.

La marque nippone a pensé à pallier l’absence de retardateur par le déclenchement à distance des prises photo ou vidéo. Au final, l’application s’avère pratique et performante, mais nous aurions préféré y retrouver d’autres fonctionnalités.

L’édition photo

L’édition des photos est nécessaire sur ce type d’appareil, surtout à une époque où l’utilisateur fait tout via son smartphone. À ce sujet, Ricoh propose des options qui ressemblent à celles disponibles sur tablettes ou smartphones. Transférez votre photo sur votre smartphone pour y appliquer le filtre de votre choix. Une utilisation simple et ludique permet aux utilisateurs de modifier l’affichage, d’adapter le cadrage et de faire varier le fond.

Notons, au passage, la possibilité de partager vos créations directement sur vos réseaux sociaux.

Et l’édition vidéo ?

L’exclusion des utilisateurs Android de l’édition de vidéos se classe en tête de notre liste de récriminations à propos de la Theta S. Par bonheur, l’édition vidéo s’est avérée assez sympa et fluide lors de notre test. Elle reprend les mêmes avantages de l’édition photo, avec la possibilité d’ajouter un fond sonore.

 

Performances

La Theta S de Ricoh s’appuie uniquement sur une carte mémoire interne de 8 Go. Comprenez par-là l’absence de port micro SD. C’est vraiment dommage ! La décharge de l’appareil n’est pas aussi pratique en voyage et lors de longs trajets. Par ailleurs, la limite de mémoire se traduit par un enregistrement vidéo limité dans le temps, l’équivalent de 1600 photos et d’une heure de vidéo.

La batterie interne de l appareil peut se vider au bout d’une heure, ce qui nuit à l’enregistrement de longues séquences. Le fabricant annonce de son côté une capacité de 260 photos.

Doté d’une puce Wi-Fi, notre modèle de test assure la connectivité internet de l’appareil à un terminal mobile Android ou iOS.

Qualité d’image

Ricoh, pionnier sur le marché des caméras 360°, se distingue de ses concurrents par sa capacité à enregistrer de manière sphérique.  La Theta S est dotée de deux capteurs CMOS 1/2,3″ et de 2 lentilles ouvrant à f/2. Ces capteurs assurent une bonne exposition globale, avec une balance des blancs soignée. En basse lumière, le paramétrage manuel s’avère très pratique.

Notre critique s’adresse, ici, à l’absence de mode 4K. En revanche, notre modèle de test est capable de filmer en Full HD ou en HD selon une cadence de 30 images par seconde. La qualité de l’enregistrement est appréciable au niveau de la saturation des couleurs et des contrastes. La qualité du son n’est pas fameuse, mais reste acceptable : il faut rester à proximité du sujet pour bien capter le son.

Informations Générales

Conclusion

Premier à avoir lancé une caméra 360° en 2013, Ricoh inaugure la Theta S après le succès de ses deux premiers modèles. Il s’agit d’un appareil simple, compact et performant mais qui présente des lacunes, comme l’absence de carte mémoire externe et de batterie amovible qui pourrait étendre son autonomie.